Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mamadou Sakho, né un 19 novembre 2013

Victorieux, 3-0 face à l'Ukraine, les Bleus iront cet été disputer la Coupe du Monde au Brésil. Un joueur peut résumer à lui seul, l'envie et la détermination qui a poussé les Français hier soir : Mamadou Sakho.

"L'Ukraine et le match de vendredi ? N'en parlons plus. Ce qui m’intéresse, c'est mardi, 21h." Dimanche matin, en conférence de presse, Mamadou Sakho avait planté le décor. Lassé des critiques sur l'équipe de France, l'homme s'était présenté devant les journalistes, le regard noir, la mâchoire serré, le tout saupoudré de phrases assassines. Pour lui, il était inconcevable que la France ne soit pas au Brésil en juin 2014.

Mamadou Sakho, c'est l'histoire d'un gamin de Paname, un titi comme on dit. Formé au Paris Saint Germain, il a été jusqu'à quitté son club de cœur, privilégiant le maillot bleu. Sa peur ? Ne pas avoir assez de temps de jeu et louper le plus grand évènement sportif mondiale. "Il fallait quitter Paris pour retrouver les Bleus. Car tout joueur de haut niveau travaille pour ça. Je sais qu’on a beaucoup parlé sur moi. Mais être sélectionné de nouveau prouve beaucoup de choses" S'exprimait-il en octobre dernier, soulagé par son choix de carrière.

Depuis, le voici titulaire à Liverpool. Le plus souvent sur le côté gauche d'une défense à trois. Mais peu importe. Mamadou joue, revit, et réalise des performances de qualité.

Premier doublé de sa carrière.

Hier soir, on a guetté sa gestuelle, ses réactions et ce dés les hymnes nationaux. Aucun doute, il était prêt à aller au combat. Il était préparé mentalement.

L'ancien parisien adore ce genre de match. Celui où il faut intimider, aller au duel, être dur sur l'homme."Ce mec est un soldat" a résumé son grand ami Blaise Matuidi après la rencontre. Mais réduire sa performance a un combat physique serait trop réducteur. Auteur du premier doublé de sa carrière, il fut souvent propre techniquement et dans sa relance, bien aidé par un Raphaël Varane intransigeant. Il n'est d'ailleurs pas difficile de penser que cette charnière représente l'avenir de l'équipe de France.

Dans l'attitude, Mamadou a été égal à lui même, replaçant ses partenaires, et se comportant en véritable leader. On attendait des actes suite à sa conférence de dimanche. Il a démontré "Qu'il en avait", comme il l'a supposé face aux journalistes.

Et maintenant?

Il sera dorénavant très compliqué pour Didier Deschamps de composer un onze, sans Sakho. La charnière avec Varane a une marge de progression importante. Et ses attitudes de leader, peuvent lui conférer un nouveau statut dans ce groupe France.

Pour cela, il doit confirmer son début de saison en Angleterre. Ne pas relâcher la pression, ni ses efforts. Quitter son cocon Parisien, lui a fait du bien. Il doit désormais s'affirmer sans la complaisance de ses supporters ou des médias. Il le sait.

Paris le connaissait déjà, la France, elle, le découvre. Ce grand gamin, attachant et ô combien talentueux. Ce matin, le héros de notre pays s'appelle Mamadou, et en cette période où certains banalisent des idées nauséabondes, c'est toujours bon à prendre.

Amezienne Rehaz

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :