Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Bleus évitent l’artillerie lourde

Crédit photo : AFP/Nelson Almeida

Les anxieux peuvent bien relativiser, le constat est là : l’équipe de France est tombée dans le groupe le plus simple du Mondial brésilien. Avec la Suisse, l’Équateur et le Honduras, la tâche ne pouvait être plus aisée. En théorie.

En évitant le chapeau 2 par le choix de la FIFA, qui a renoncé à tenir compte de son propre classement, les Bleus étaient déjà vernis. Ils n’avaient plus qu’une chance sur neuf de s’y retrouver mais c’est l’Italie qui a finalement été maltraitée. Et on n’aurait pas aimé être dans le groupe de nos meilleurs ennemis, d’ailleurs.

La Suisse, petit gros

Parmi les équipes du chapeau 1, la Suisse était l’invité de dernière minute, celui qu’on reçoit parce qu’il a mis tout son SMIC dans sa tenue. Mais personne n’est dupe, bien que talentueuse et n’ayant rien à envier aux Bleus, les « neutres » sont les plus abordables des cadors. Une équipe contre laquelle les hommes de Deschamps peuvent gagner sans rentrer dans la catégorie « exploit », nécessaire si l’on avait tiré tout autre adversaire du chapeau 1, Belgique et Uruguay compris.

L’Équateur, joga serioso

Le chapeau 2, lui, était bien plus équilibré, en dehors de l’Italie. Les Bleus ont rejoint l’Équateur. Mieux que le Chili ou l’Italie certes, mais pas forcément plus simple que la Côte d’Ivoire, le Nigéria, l’Algérie, le Ghana ou le Cameroun. Une équipe sérieuse, une des moins glamours d’Amérique du Sud avec 20 buts marqués en 16 matches d’éliminatoires et peu de stars hormis Antonio Valencia. Toujours est-il qu’elle s’est qualifiée directement grâce à ses qualités défensives, juste devant l’Uruguay. Une formation battable mais qui pourrait sérieusement inquiéter les Bleus dans son dernier match, sûrement décisif pour rejoindre les huitièmes de finale.

Le Honduras, faux guignol

Dans le chapeau 3, enfin, il fallait éviter le Mexique et le Japon en priorité. Et viser le Honduras, l’Iran ou l’Australie, potentiels punching-ball pour l’été prochain. Sauf qu’en qualifications, les Honduriens ont fini devant les Mexicains. Pas si rigolos que ça donc, et des Bleus condescendants sont tout à faits capables de recevoir une gifle face à eux. Le premier match de l’équipe de France, l’entrée séduisante et légère servi dans un grand restaurant, mais qui doit se déguster avec envie au vu du prix. Ce groupe est donc facile si on le compare à la majorité des autres, mais les Bleus ne sont en aucun cas des favoris de la prochaine Coupe du monde. Passés près de la grosse fessée en barrages, ils devront aborder la compétition sans faire les princes. On se sent obligé de le rappeler car se faire éliminer d’un tel groupe serait clairement ridicule. Mais le Mondial, ce n’est pas que du chauvinisme, et heureusement.

Voilà l’été

En scrutant les autres groupes, on pense à l’Australie, sans doute déjà en train de prévoir ses stocks d’antidouleurs. Face aux Pays-Bas, à l’Espagne et au Chili, elle risque de peu voir le ballon à part dans ses propres buts. Oui, le groupe B respire le football ambitieux et les chiliens ont d’ailleurs une bonne dégaine de David contre les deux Goliath. Le Brésil, lui, devrait s’en sortir avec application contre le Cameroun, le Mexique et la Croatie. Autre groupe sexy, celui de l’Allemagne avec le Portugal, le Ghana et les États-Unis. L’Uruguay de Luis Suarez peut aussi se ronger les ongles en voyant l’Angleterre, l’Italie et le Costa Rica lui atterrir dessus dans le groupe D. L’Argentine, par contre, s’échauffera contre la Bosnie-Herzégovine, le Nigéria et l’Iran et pense déjà aux huitièmes de finale. Elle pourrait d’ailleurs y retrouver la France, si les Bleus terminent deuxièmes de leur groupe. Enfin, l’Algérie et la Côte d’Ivoire peuvent croire à la « deuxième phase », respectivement accompagnées des triplettes Belgique-Russie-Corée du Sud et Colombie-Grèce-Japon. Plus que 187 jours avant le début. D’ici là, on coche les dates dans le calendrier, on écoute de la samba et on prévoit son budget pizzas.

12 matchs de groupes à ne pas louper, même si tu as piscine :

  • Brésil - Croatie, match d’ouverture, le 12/06 à 22h
  • Espagne - Pays Bas, le 13/06 à 21h
  • France - Honduras, le 15/06 à 21h (ou Angleterre - Italie, pour les infidèles)
  • Allemagne - Portugal, le 16/06 à 18h
  • Colombie - Côte d’Ivoire, le 19/06 à 18h
  • Uruguay - Angleterre, le 19/06 à 21h
  • Espagne - Chili, le 19/06 à minuit (sacrée soirée)
  • Suisse - France, le 20/06 à 21h
  • Pays-Bas - Chili, le 23/06 à 18h
  • Cameroun - Brésil, le 23/06 à 22h
  • Italie - Uruguay, le 24/06 à 18h
  • Équateur - France, le 25/06 à 22h

Baptiste Paquelier

Tag(s) : #EDF, #Coupe du monde

Partager cet article

Repost 0