Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ronaldo au sommet
Hier soir, Cristiano Ronaldo a remporté le trophée du Ballon D'Or. Une juste récompense pour l'ailier du Real Madrid.

Cette fois, c'est fait. Après de longs mois de campagne et de débats, la plupart du temps inutile et stérile, le Ballon d'Or a rendu son verdict : Cristiano Ronaldo s'empare d'un trophée tant convoité, dans un sport collectif. Tout le paradoxe de cette cérémonie. Au fond, la victoire du Portugais est-elle réellement une surprise? Pas vraiment. Même si Ribéry peut se sentir lésé.

Ribery le grand perdant

Longtemps, le joueur du Bayern Munich était perçu comme le grand favori de cette compétition. En 2013, c'est bien simple, le natif de Boulogne sur Mer a tout gagné : Championnat d'Allemagne, Coupe d'Allemagne, Ligue des Champions, Supercoupe d'Europe, et Coupe du Monde des clubs. En sélection, il est parvenu à se qualifier pour la phase finale de la Coupe du Monde. Et c'est là que le bât blesse : Le héros Français ne s'appelait pas Franck Ribéry, mais Mamadou Sakho. Le même soir, la Fifa annonce un délai supplémentaire dans les votes pour le Ballon d'Or. Le même soir, Ronaldo qualifie aisément le Portugal face à la Suède D'Ibrahimovic. A ce moment là, on a tous senti le vent tourner.

Pourtant, Kaiser Franck ne se cache plus. Oui, le trophée est un objectif pour lui. Sous tension, il ira jusqu'à se quereller par médias interposés avec tous ceux qui se dressent sur son chemin. Sakho en fera les frais. "Mamadou, m'a un peu déçu". La raison ? Le défenseur de Liverpool avait déclaré sa préférence pour Ronaldo.

Ronaldo, logique au final

Le joueur du Real Madrid a toujours eu le Ballon d'Or en ligne de mire. Il en a fait un objectif personnel. Ses larmes hier, à la remise du trophée, en témoignent. "Ce soir, il y a sûrement plus d’émotion qu'en 2008. Ma mère était présente, mon fils aussi. C’est pour ça que je suis très fier d’avoir gagné ce Ballon d’Or, même si Ribéry méritait ce trophée autant que moi car il a connu une grande saison".

Si le Portugais n'a rien gagné cette saison, les statistiques plaident en sa faveur : Avec 66 buts en 56 matches, sa saison fut une réussite sur le plan personnel. Décisif, dribbleur, travailleur invétéré, l'ancien joueur de Manchester United a été fabuleux en 2013. Surtout, il y a ce fait d'arme : La qualification du Portugal, sur un triplé du Ballon d'Or, dans un duel haletant face à la Suède et à sa star, un certain Zlatan Ibrahimovic. "Je suis très fier que le Portugal dispose d'un joueur de cette dimension" a réagi Paulo Bento, le sélectionneur de l'équipe du Portugal, hier soir.

Les critiques fusent

"Je suis très déçu pour Ribéry. L'an prochain on va revenir et ce sera Messi-Ronaldo. Et dans deux ans ce sera Ronaldo-Messi..." Michel Platini, Président de L'UEFA se fait le porte-parole d'une génération, nostalgique de l'ancienne version du Ballon d'Or. Sur Twitter, notamment, la toile s'est enflammé. Pour beaucoup, les votes des joueurs et des entraîneurs ne sont pas conformes aux prestations de la saison. Certains donnent leur voix à leurs coéquipiers, leurs amis.

Autre interrogation, le critère du vote : Devons-nous élire le meilleur joueur du monde, ou le joueur le plus régulier de la saison?

Les doutes subsistent. D'ailleurs, en retenant l'ancien critère et le seul vote des journalistes, Franck Ribéry aurait été élu haut la main. Et si, la vraie cruauté de ce scrutin, se trouvait dans cette conclusion ?

Amezienne Rehaz

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :