Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'OM fait son nid

Crédit photo : Cyril Sollier/La Provence

Pendant que Paris et Monaco n’achètent que des grandes marques, l’OM veut « donner sa chance au produit ». Entre jeunesse et bonnes occasions, le mercato phocéen pourrait être très rentable.

Clochard des transferts la saison dernière, l’OM a trouvé un emploi depuis. Une masse salariale devenue convenable et une qualification en Ligue des Champions ont permis de regonfler le budget. Pas assez pour prendre des très gros calibres mais suffisamment pour bien se renforcer.

Une tendance qui se confirme

Habitués sous Deschamps à viser en priorité des joueurs confirmés, l’OM a changé de tactique de recrutement. Margarita Louis-Dreyfus ne cède pas à grand-chose et refuse de mettre la main à la poche. Il a donc fallu recruter intelligemment la saison dernière. Le résultat a été bon, notamment avec Mendes, arrivé à l’OM en tant qu’inconnu. Pour Barton, Abdallah et Raspentino, le constat est moins positif, mais eux aussi n’ont presque rien coûté. Après l’hiver, l’OM n’a pas pris plus de risque malgré une bonne phase aller. Kadir, Samba, mais surtout Romao et Sougou ont apporté un plus dans le sprint final sans que l’OM n’ait eu besoin de se mettre dans le rouge financièrement. L’argent amené par la qualification en Ligue des Champions a permis d’être plus ambitieux cet été. Mais la prise de risque reste faible. Avec les signatures de Dimitri Payet, Benjamin Mendy et Gianelli Imbula pour 20 millions d’euros, les phocéens s’en sortent très bien. La direction olympienne profite des failles des autres et mise sur la jeunesse.

Valeur sûre et joyau à sculpter

Première recrue de cet été, Dimitri Payet est un renfort de choix. Un bon, voire un très bon joueur de Ligue 1 dont la progression a été régulière jusqu’à l’Équipe de France. Un gars au potentiel encore important et en même temps une valeur sûre. Seulement voilà, les caisses du LOSC tirent la langue et l’OM a senti le bon coup. Lille a plié et cédé son meilleur élément de la saison dernière pour environ neuf millions d’euros, dix avec les bonus. Moins connu mais intéressant aussi, Benjamin Mendy s’est ensuite ajouté aux hommes d’Élie Baup pour trois millions d’euros. 19 ans à peine, meilleur latéral gauche de L2 l’année dernière, joli profil. Comme il l’annonce depuis un an, l’OM mise sur la jeunesse pendant qu’il commence à changer sa formation. Dernière recrue phocéenne de cet été, Gianelli Imbula confirme la tendance. Meilleur joueur de L2 la saison passée et âgé de 20 ans, Imbula était suivi de près par de très grands clubs européens comme Chelsea, Arsenal ou le Bayern Munich. Le milieu « défensif » franco-congolais a fait ses classes depuis quatre ans en L2 avec Guingamp. « Joueur exceptionnel » pour Erick Mombaerts, « tu ne peux pas lui prendre le ballon » selon Jocelyn Gourvennec, son entraîneur en Bretagne. Vif, rapide, excellent dans la conservation comme dans le jeu vers l’avant, Imbula a le portrait du futur grand joueur. En misant sept millions et demi d’euros sur lui, l’OM n’a pas eu peur de ses ambitions et a peu de chances de regretter son choix.

La patience forcée

Connu pour ses coups d’éclat et son besoin d’impressionner, Marseille prend un virage serré mais nécessaire. Sans grands moyens, Vincent Labrune ne peut pas miser plus de dix millions sur un joueur. L’OM vise ceux à fort potentiel, espérant ainsi profiter d’un prix sûrement plus élevé lors de leurs ventes futures. La prise de risque est très faible mais la visée n’en est pas moins ambitieuse. L’OM reste raisonnable, bien aidé par les projecteurs qui visent désormais surtout Paris et Monaco. Quand il a voulu faire venir Romain Alessandrini ou Florian Thauvin, Vincent Labrune ne s’est pas laissé avoir par l’enjeu. Pas assez généreux pour Rennes et Lille, il a simplement laissé tomber et a déclenché une revalorisation salariale pour l’ancien Bastiais. Affaiblir ses concurrents fait partie du jeu et l’OM n’avait plus vraiment besoin de renforts offensifs. Avec moins de flashs et d’exigence de la part de ses supporters, conscients d’une concurrence aux armes plus tranchantes, le club phocéen vit bien. Il a beaucoup moins à perdre que par le passé, et pourrait donc gagner gros.

Baptiste Paquelier

Tag(s) : #Ligue 1

Partager cet article

Repost 0