Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Paris, maladroit et mal payé

Crédit photo : Kenzo Tribouillard / AFP

Après une première sortie mitigée à Montpellier, le PSG recevait Ajaccio en clôture de la deuxième journée de Ligue 1. Volontaire et inspiré, Paris a buté sur un Guillermo Ochoa volcanique et peut pleurer sur son manque d’adresse. Un point c’est tout et quatre de retard sur la tête du classement.

Avec Cavani d’entrée, mais toujours avec Pastore et Moura sur les côtés, Laurent Blanc opte de nouveau pour un 4-4-2. Sans surprise, Ajaccio montre vite qu’il va jouer le contre. Après une entame appliquée, le PSG fait flipper une première fois Ravanelli à la sixième minute. Zlatan cogne fort sur coup-franc et Ochoa s’en sort avec son talent. Le début du festival mexicain.

Refus de priorité

Sur son premier ballon offensif, l'ACA fait mouche. Pedretti enroule une belle frappe dans le petit filet de Sirigu et renforce l’attaque-défense. Mais comme la semaine dernière, Pastore et Moura galèrent sur les côtés. Amoureux de l’axe, Javier rate quasiment tout ce qu’il fait, pendant que Lucas n’a même pas le plaisir de toucher le ballon. Le côté droit est déserté au grand dam de Jallet, qui compte ses fourmis dans les jambes. Paris s’obstine et foire ses quelques occasions dangereuses. Maxwell bute sur Ochoa après un beau mouvement. Zlatan, qui donne tout (!), rate la cible d’un cheveu à la demi-heure de jeu. Cavani n’est pas loin non plus de faire la différence sur corner. Ochoa claque la tête du « Matador » dehors. Du coup, Ajaccio mène à la pause au courage. Mutu est d’ailleurs plus proche de Moscou que de Paris, enchaînant les courses dans le vide. Ravanelli, lui, l’ouvre à chaque action malgré son statut de pestiféré au Parc.

Vagues hawaïennes

À la reprise, Paris enclenche rapidement le rouleau compresseur. Oliech, excellent en course à pied, remplace un Mutu déjà cramé pour tenir le choc. Les occasions s’accumulent violemment à partir de l’heure de jeu alors que Lavezzi remplace Pastore. « El Pocho » à la place d'« El Flaco », « le joufflu » à la place du « maigre ». La puissance et la vitesse sont privilégiées à juste titre mais les Parisiens se ramassent sans cesse au moment de conclure. Ochoa se colle un troisième bras et sort tout. Quand Superman est battu, Pedretti sauve sur sa ligne. Paris n’est pas gâté et perd en plus Matuidi après un choc frontal avec Nadeau. Le temps file et le mur corse tient, jusqu’à la 86e. Cavani crochète Zubar avec classe et envoie une prune en lucarne opposée. Paris continue à pilonner l’ACA pendant le temps qui reste, sans succès. Ochoa livre encore deux parades galactiques et Thiago Silva touche la barre pour la deuxième fois de la soirée.

Regrets et confiance

Le PSG peut se mordre les doigts et s’acheter de nombreux porte-bonheur. Largement dominateurs, les hommes de Blanc sont tombés sur un (gros) os et ont manqué de lucidité devant le but. Un scénario qui n’aura pas lieu tous les week-end. Reste encore à trouver un schéma de jeu fiable et Paris rejoindra le haut du classement. Attention cela dit à ne pas trop traîner. Monaco a déjà six points, comme Lyon, Marseille et Saint-Étienne.

B.Paquelier

Tag(s) : #Ligue 1

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :