Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Paris peut-il le faire?

Crédit photo : Christophe Morin / IP3 / Maxppp

Victorieux à Rennes, le PSG s’élance avec confiance, avant d’affronter l’ogre Barcelonais. Les Parisiens ont-ils les armes pour rivaliser avec les Catalans ? Ont-ils la possibilité de créer un exploit qui lancerait définitivement le projet Qatari ? Quels sont leurs atouts ? Leurs points faibles ?

Victorieux à Rennes, avec une large revue d’effectif (4 joueurs seulement titulaires, au Parc, face à Barcelone), les Parisiens ont fait le minimum, sans être réellement inquiétés. Avec 7 points d’avance sur leur dauphin marseillais, les hommes de Carlo Ancelotti s’envolent vers le titre de champion de France. Le 3e de leur histoire. «C’est une victoire très importante, qui nous permet de nous rapprocher du titre» a même avoué le tacticien italien.

La clé Silva

Face aux Bretons, un homme était au repos : le capitaine Thiago Silva. Blessé à un genou, il devrait cependant être opérationnel face aux coéquipiers de Xavi.

Et c’est tout sauf anodin. Sans Silva, les chances parisiennes s’amenuiseraient davantage. Le Brésilien est tout simplement, selon la plupart des spécialistes, le meilleur défenseur du monde :

«Personne ne possède une technique aussi sûre que celle de Thiago Silva qui use au maximum de toutes ses qualités, techniques et physiques. A 28 ans, il a encore de belles années devant lui» estime même Laurent Blanc, spécialiste du poste, avant d’ajouter que selon lui, le capitaine du PSG était tout simplement «plus fort que tous ceux que vous pourrez me citer», actuel ou retraité.

Auteur d’un match phénoménal à l’aller, Silva a rassuré ses partenaires, n’hésitant pas à encourager Matuidi après le second but de Barcelone.

Leader moral donc, mais surtout technique. Constamment en avance sur son adversaire, il lit les trajectoires comme personne. Et surtout, il est le premier relanceur du PSG. Cette première relance qui fait tant défaut à énormément de clubs européens. Paris a le spécialiste en la matière. THE spécialiste tout court.

Quel milieu de terrain ?

Suspendu face à Barcelone, l’indispensable Blaise Matuidi, manquera forcément aux Parisiens ce soir.

Qui pour jouer à sa place ? Il semble évident que Verratti sera aligné. L’Italien est, dans l’effectif, celui qui ressemble le plus à Motta, par sa facilité à ressortir les ballons proprement et sans paniquer. Seul problème, il a encore montré à Rennes qu’il a du mal à gérer ses émotions. Il ne fait jamais dans la demi-mesure. Capable de dribbler trois joueurs, de perdre le ballon, puis d’enchaîner par une faute stupide, il n’a pas encore acquis une maturité tactique qui l’installerait indéniablement dans le top niveau. Logique vu son jeune âge.

Titulaire au match aller, David Beckham pourrait dès lors profiter de l’inexpérience de son jeune coéquipier pour gratter une place.

Passeur décisif contre Rennes, l’Anglais semble trouver sa place dans le collectif parisien. Apprécié par ses coéquipiers, il est également par le coach :

«Je ne suis pas supporteur ou un ami de Beckham. S'il mérite d'être sur le terrain, il l'est, même s'il a 37 ans. Je cherche à être objectif et à mettre une équipe pour gagner». Avant d’ajouter : «David a fait un très bon match. Il a appliqué la stratégie que je lui avais indiquée : jouer vite, des passes vers l'avant, des changements de jeu. Il a fait exactement ce que je lui ai dit».

À la question, de savoir si cela suffisait pour voir l’ancien Mancunien titulaire ce soir, Ancelotti a répondu d’un éclatant « sûrement ! ».

Autre hypothèse, la titularisation de Chantôme. Tout doucement, le jeune Francilien fait son trou dans la formation parisienne. Rarement décevant, le néo-international joue le plus souvent à droite sous Ancelotti. Mais c’est dans un role plus axial, là où il avait brillé aux côtés de Makélélé lors de la saison 2010-2011, que beaucoup de spécialistes aimeraient le (re)voir. Son rendement offensif est souvent pauvre pour qu’il puisse s’installer définitivement sur l’aile droite. De tous les milieux de terrain disponible, c’est celui qui a un profil ressemblant le plus à Matudi : harceleur, disponible et discipliné tactiquement. Nul doute que le "mister" prendra en compte ce paramètre.

Mais tout cela n’est qu’hypothèse, surtout si Motta, de retour dans le groupe, est titulaire ce soir. En effet, l’Italo-Brésilien, 11 matchs seulement cette saison, devait être un homme de base du système d’Ancelotti. La pierre angulaire de sa colonne vertébrale. En plus de sa technique raffinée, sa science tactique et son vice peuvent clairement servir au PSG, dans l’optique du « combat » qui les attend en terre catalane.

Enfin le grand soir de Zlatan ?

Depuis son arrivée au PSG, Zlatan c’est 31 buts toutes compétitions confondues, dont 26 en championnat. Le Suédois s’installe même comme l’un des 3 meilleurs buteurs européens, derrière Messi et Ronaldo. Excusez du peu.

On peut reprocher au Suédois d’être nonchalant, de marcher par moment. Mais on ne découvre pas Zlatan. Il est comme ça.

Grâce à lui, Paris a pris 15 points au classement. Indispensable, tout simplement. Dans une charnière barcelonaise en difficulté cette saison, l’ancien Milanais a un coup à jouer.

Comme à l’aller, où il a été enfin décisif lors d’un match à enjeu de Ligue des Champions. En égalisant contre Barcelone, il a relancé ses coéquipiers. Sa remise de la tête sur le but de Matuidi est un symbole.

Zlatan est au service de ses coéquipiers. Physiquement à l’aise, il se fond dans le collectif, n’hésitant pas à se replier défensivement (bon pas toujours on est d’accord…) et surtout, c’est un formidable leader. Il gueule sur ses coéquipiers, tout en leur montrant la voie à suivre. Ce soir, on attend de lui qu’il nous montre la lumière, qu’il ramène Paris dans le top 4 européen. Paris l’a recruté pour cela. Il en est capable. Il est Zlatan. Tout simplement.

Amezienne Rehaz

Tag(s) : #Ligue des Champions

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :