Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Robert Maah : " La selection camerounaise? Ca pourrait se concrétiser..."

Robert Maah sous les couleurs de Cluj.

Robert Maah est français. Il a 28 ans et évolue aujourd'hui sous les couleurs de Cluj. Attaquant technique, rapide et efficace devant les buts, il a auparavant évolué en Italie, notamment à Bari et Citadella, avec un passage par la case Belgique, à Mouscron. Il a gentiment reçu l'équipe de Debriefoot, chez lui, en France. Disponible, souriant et avenant, il a répondu à nos questions, sans langue de bois. Et toujours avec bonne humeur.

-Plus jeune, qui étaient tes idoles?

Quand j'étais plus jeune j'ai grandi avec la fameuse génération, Anelka, Henry ou encore Samuel Eto'o. Sachant que je suis attaquant, voilà donc mes modèles. Même si c'est vrai, que je penche surtout pour Nico et Eto'o, deux joueurs aux qualités hors-normes. Mais j'ai un aussi un modèle extra-terrestre, il s'appelle Ronaldo (rires). Le vrai, le brésilien. Pour moi il fait partie des trois footballeurs les plus forts de tous les temps.

-Aujourd'hui tu t'inspires encore de ce que font les grands joueurs?

Oui, aujourd'hui comme auparavant, avec d'autres yeux forcément, je suis toujours hyper admiratif devant la qualité de certains grands joueurs. Mais je dois dire que très peu me font ressentir des émotions comme au temps des Zinédine Zidane, Ronaldo et consorts. C'est normal, les temps changent.

- Pourquoi être parti si jeune en Italie?

Parfois, il y a des offres qui ne se refusent pas. Je suis parti très jeune en Italie pour la bonne raison que Bari ça ne se refusait absolument pas a l'époque. Sans oublier que j'étais à Laval où j'effectuais ma formation et le club ne semblait pas pressé de me faire signer un contrat professionnel (rires).

- Tu regrettes d'être parti un peu tôt à l'étranger?

Je ne regrette vraiment pas. J'ai vécu des choses formidables en Italie. le seul souci c'est que je suis beaucoup plus connu là bas que ici... C'est un petit regret forcément. Mais au fond, c'est pas grand chose.

- Qu'as tu appris à l'étranger et plus précisément en Italie?

En Italie j'ai appris un grand savoir vivre, une langue et une culture très intéressante sur certains points de vue. Plus important, encore, j'ai vraiment appris à ne rien lâcher! m'entrainer à 200 à l'heure et gagner. Toujours gagner...

-Quelle est la différence entre la mentalité italienne et française?

Les différences entre les deux cultures sont très nombreuses. La culture tactique en Italie est vraiment très forte, on travaille énormément à l'entrainement, sans oublier la culture de la victoire. Le foot c'est la chose la plus importante du pays. En France ce n'est pas le cas et d'ailleurs je pense que c'est juste comme ça. C'est la mentalité qui veut ça, et ça n'évoluera pas. Du moins, pour le moment.

-Quel est ton meilleur souvenir de footballeur?

J'en ai plusieurs des souvenirs...mais je vais quand même choisir le jour de mon premier match pro Bari-Catania, perdu 3-1, mais c'était une émotion assez particulière. Mais le match d'Europa League, l'année dernière face à l'Inter Milan, n'était pas mal non plus.

- Le joueur le plus fort avec lequel tu ai joué?

C'est simple. Un certain Cordova international chilien qui a marqué il y a deux ans contre la France en amical. un vrai phénomène.

-Ton adversaire le plus impressionnant?

Oh, il y en a énormément. Allez je vous donne un top 3 dans le désordre : Cassano, Gilardino et Ogbonna.

-Il paraît que tu as des contacts avec la sélection camerounaise, ça pourrait se faire?

Oui c'est vrai, qu'il y a des contacts avec la sélection. J'espère que ça pourra se concrétiser. Ce serait un réel aboutissement pour moi. En tout cas, je travaille dur tous les jours, pour pouvoir y arriver.

-Tu as l'air de t'épanouir en Roumanie, à Cluj. Pourquoi ce choix, d'ailleurs?

Oui à Cluj je suis bien. Le choix a d'ailleurs été très simple parce que on parle du plus grand club roumain actuellement, avec le Steua, et ils ont montré une volonté incroyable pour me prendre, notamment pour remplacer Sougou, qui a signé à l'OM. C'est un honneur et un réel challenge pour moi, de jouer dans un si grand club.

- Tes ambitions sont importantes en ce debut de saison, non?

Elles le sont, oui. Et elles sont simples : Remporter des titres. L'année dernière, nous avons perdu la finale de la Coupe de Roumanie. Cette année, on veut tout rafler.

- Pourrait on te revoir en France à court terme?

Me revoir en France? Je l'espère. Cela aurait pu se produire dans un passé pas plus lointain. Mais il manque toujours un petit quelque chose afin que cela aboutisse. Mais encore une fois, je travaille très dur pour avoir la reconnaissance dans mon pays.

- Quel est ton objectif dans le football?

Mon objectif dans le football c'est de jouer de m'améliorer chaque jour. C'est la base de notre métier. Pour cela, il faut travailler encore et encore. Je veux aussi m'amuser un maximum sur le terrain ainsi que donner du plaisir à mes supporters. Ils le méritent. Sans eux, nous sommes pas les mêmes joueurs.

- On t'a vu t'impliquer auprès de la jeunesse à Vigneux sur Seine (Essonne), ta ville natale, notamment lors de tournoi de football. C'est quelque chose qui te plait? Pourquoi?

Pour moi m'impliquer pour ma ville c'est un devoir. Aujourd'hui, je suis un privilégié. Et avec mes petits moyens, il est important pour moi d'en faire profiter les petits de mon quartier. C'est dans cette mentalité que l'on a grandi. A l'époque, un Kebab on le divisait par trois (rires). C'est donc logique de continuer le partage aujourd'hui.

- Ca fait quoi de représenter toute un quartier, toute une ville sur le terrain?

Pour moi le fait de représenter ma ville c'est très important. Vous savez j'adore mon quartier et tous mes petits et mes grands avec lesquels j'ai grandi. Quand je rentre à Vigneux et que des grands de mon quartier me disent qu'ils m'ont suivi via tel ou tel match c'est une grande fierté pour moi. Ça me donne une motivation supplémentaire. Dans les plus beaux moments et même quand je suis un peu plus dans le dur, je me dit toujours de donner le maximum pour mes amis d'enfance qui sont toujours là pour moi.

Propos recueillis par A.Rehaz

Tag(s) : #Interview

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :