Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ribéry, des bleus effacés

Crédits photos : C. Platiau / Reuters et F. Fife / AFP

Alors que Patrice Evra a vidé son sac contre les critiques, Franck Ribéry, lui, fait brillamment oublier les casseroles qu’il avait aux fesses. On le voulait leader des Bleus, il l’est. Excellent sur le terrain, il a appris de ses erreurs.

« Caïds, racailles, petits cons », et on en oublie. Les Bleus ont encaissé les surnoms violents après le fiasco de Knysna. Le Mondial 2010 avait marqué le point de non-retour entre l’équipe de France de foot et les observateurs, journalistes et public étant sur la même longueur d’onde. Depuis, certains continuent à en vouloir aux acteurs de cette ridicule débâcle, avec des arguments plus ou moins valables. Franck Ribéry avait été un des plus ciblés, déjà pris dans « l’affaire Zahia ». Longtemps, le Boulonnais a été incapable de passer outre avec les Bleus malgré ses très bonnes performances avec le Bayern. Puis, il a tourné la page. C’est en tout cas ce que laissent penser ses balades actuelles.

Silence, Ligue des Champions…et Ballon d’Or ?

Plusieurs facteurs semblent avoir amené Ribéry à guider l'équipe de France. Premièrement, son silence général sur Knysna et les critiques que l’événement a provoqué (et provoquent encore). « Kayser Franck » avait pourtant de quoi réagir, critiqué en priorité même quand les autres Bleus étaient moins bons que lui. Il a pourtant limité ses interventions, conseillé par son entourage et conscient qu’il ne s’en sortirait pas en répondant. Malgré cette attitude, il a continué de montrer un blocage en équipe de France. Très rarement mauvais mais assez loin de ses exploits munichois. Depuis quelques mois, il a sorti la tête de l’eau. Ses trois dernières copies contre la Biélorussie, l’Australie et la Finlande ont été à « son » niveau. Celui d’un vainqueur de la Ligue des Champions la saison dernière. Un titre qui lui a donné davantage de confiance, l'a aidé à tirer un trait sur un passé « national » noir. Son élection comme meilleur joueur européen a aussi encouragé Franck. Être préféré à Ronaldo et Messi, peu de joueurs peuvent s’en vanter, si ce n’est aucun. En attendant une possible apothéose en décembre, lors de la remise du Ballon d’Or FIFA.

Le terrain avant tout

Même s’il ne faut ni s’enflammer sur ce renouveau, ni être amnésique sur les nombreuses erreurs qu’a fait Ribéry en 2010, le pardon existe. Or, l’ailier des Bleus donne beaucoup pour plaire, même dans son attitude et ses analyses d’après-match. Il positive, met en avant avec calme l’importance d’aller au Mondial et les qualités des Bleus en lesquelles il faut croire. Platini n’était pas critiqué quand il ne chantait pas « la Marseillaise », son génie sur le terrain le lui permettait. Et sans vouloir faire pleurer dans les chaumières, la vie de Ribéry, sa gueule « repeinte » à 2 ans par un accident terrible en plus d’un milieu social difficile, ne lui ont pas rendu la tâche facile. Le mépris et les moqueries forgent un caractère dur, l’argent et les tentations gênent l’humilité. Oui, il pourrait apprendre à mieux s’exprimer. Mais ce qu’on lui demande est surtout de bien jouer, et c’est le cas. Avant d’affronter l’Ukraine, les Bleus peuvent croire à un billet pour Rio, avec Ribéry en tête de file. Vas-y Francky. C’est bon.

B. Paquelier

Ribéry, des bleus effacés
Tag(s) : #Équipe de France

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :